Votre écrivain public

Allemand

Traduction d’un article du Spiegel :

Geboren am 9. November

barbara-henniger

An Tag ihrer Geburt brannten die Synagogen, an ihrem 51. Geburtstag fiel die Mauer : Der 9. November prägte das Leben der bekanntesten ostdeutschen Karikaturistin Barbara Henniger. SPIEGEL ONLINE stellt die ungewöhnliche Künstlerin vor – und zeigt ihre besten Karikaturen aus der Wende-Zeit. (Von Christoph Gunkel).

Ein wenig hat sie ihren eigenen Geburtstag gehasst – und das ein halbes Jahrhundert lang. Barbara Henniger, die bekannteste Karikaturistin der DDR, wurde am 9. November 1938 geboren. An jenem tragischen Schicksalstag, den die Nazis zynisch « Reichskristallnacht » tauften, der in Wirklichkeit aber ein organisiertes Massenpogrom war. In der Nacht vom 9. zum 10. November 1938 zündeten Schlägertrupps von SA und SS im ganzen Land Hunderte Synagogen an und zertrümmerten jüdische Geschäfte. Allein in dieser Nacht kamen vermutlich 400 Juden gewaltsam zu Tode – es war das Vorspiel zur Vernichtung.

« Für mich war mein Geburtstag immer belastet », sagt Henniger. « Ein Tag der Schande, an dem keine Freude aufkam ». Sogar Scham habe sie empfunden, « nicht als Barbara Henniger, aber als Teil dieses Volks ». Denn auch in Dresden, ihrem Geburtsort, wütete der nationalsozialistische Mob, als sie zur Welt kam. Der Furor der NS-Rassisten machte nicht einmal vor der altehrwürdigen Synagoge des berühmten Architekten Gottfried Semper halt. Die SA brannte das Gotteshaus nieder; die Ruine wurde später gesprengt.

Ihren 50. Geburtstag feierte Henniger dann doch gross. Das war 1988. Und dann, im Jahr darauf, erlebte sie den schönsten Geburtstag ihres Lebens. Es war der Tag, an dem in Berlin die Mauer fiel – und der Fluch von ihrem Geburtstag genommen wurde. Mit einer Flasche Sekt und einem Blumenstrauss zog Barbara Henniger in die Stadt, umarmte wildfremde Menschen und jubelte ihnen zu :  » Ich habe heute Geburtstag! » Ein « völlig idiotischer Satz », sagt sie im Rückblick, doch damals war es ein Akt der Befreiung. Endlich hatte der 9. November für sie eine positive Bedeutung bekommen.

Und noch einen besonderen Satz rief sie an diesem 9. November 1989 völlig euphorisiert in das Mikrofon eines Reporters : « Ich bin stolz, DDR-Bürgerin zu sein. » Nie zuvor hatte sie so etwas gesagt. Doch in dem Moment war sie stolz, dass « wir es geschafft haben, dieser Mauer zu öffnen ». Friedlich und aus eigener Kraft. Nur Stunden zuvor hätte sie sich noch nicht träumen lassen, dass ihr je so pathetische Worte über die Lippen kommen würden. Gerade ihr, einer Intellektuellen, die über Jahrzehnte das DDR-System kritisiert und mit spitzer Feder aufs Korn genommen hatte.

 

Née un 9 novembre

Le jour de sa naissance, les synagogues furent brûlées, pour son 51è anniversaire le Mur est tombé. Le 9 novembre a marqué la vie de Barbara Henniger, l’auteur de caricatures la plus connue de toute l’Allemagne de l’Est. SPIEGEL ONLINE dresse le portrait de cette artiste exceptionnelle – et montre ses meilleurs dessins, ceux qui ont marqué leur époque. (Un article de Christophe Gunkel).

Il s’en est fallu de peu qu’elle ne déteste son propre anniversaire – et ce pendant un demi siècle. Barbara Henniger, la caricaturiste la plus connue de la DDR, est née le 9 novembre 1938. Par ce jour funeste que les Nazis baptisèrent cyniquement « la Nuit de Cristal du Reich », mais qui en réalité était un pogrom de masse organisé. Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938 des troupes de choc de SA et de SS mirent le feu à des centaines de synagogues à travers tout le pays et détruisirent les commerces juifs. Dans cette seule nuit probablement 400 juifs trouvèrent la mort dans un bain de sang – c’était le prélude à l’anéantissement.

« Pour moi, mon anniversaire était toujours compromis », se rappelle Henniger. « Un jour de déshonneur, qui ne pouvait être source d’aucune joie ». Elle en avait même ressenti de la honte, « pas en tant que Barbara Henniger, mais en tant que partie intégrante de ce peuple ». Parce que c’est aussi à Dresde, son lieu de naissance, que la populace national-socialiste s’est déchaînée, tandis qu’elle venait au monde. La fureur des racistes National-Socialistes ne s’est pas démontée devant la synagogue qui faisait l’objet du respect de tous, oeuvre du célèbre architecte Gottfried Semper. Les SA réduisirent la Maison de Dieu en cendres; la ruine fut dynamitée par la suite.

Pour son 50è anniversaire, Henniger fit pourtant une grande fête. C’était en 1988. Et puis, dans l’année qui suivit, elle eut le plus bel anniversaire de sa vie. C’était le jour où, à Berlin, le Mur tomba – et la malédiction qui pesait sur son anniversaire fut levée. Avec une bouteille de champagne et un bouquet de fleurs, Barbara Henniger s’en alla de par la ville, donner l’accolade à des gens qui lui étaient parfaitement étrangers : en poussant des cris d’allégresse, elle leur disait « C’est mon anniversaire aujourd’hui! » Une « phrase complètement idiote », reconnut-elle par la suite, pourtant c’était alors un acte de libération. Le 9 novembre avait enfin pris une valeur positive à ses yeux.

Et voici encore une phrase singulière que, ce 9 novembre 1989, elle délivra en criant au micro d’un reporter : « Je suis fière d’être citoyenne de l’Allemagne de l’Est ». Elle n’avait jamais rien dit de tel auparavant. Pourtant à ce moment là elle était fière que « nous ayions pu réussir à faire tomber ce Mur ». De façon pacifique et d’un seul élan. Quelques heures auparavant elle ne se serait même pas laissée aller à rêver que des mots aussi pathétiques puissent venir sur ses lèvres. Surtout venant d’elle, une intellectuelle, qui avait critiqué pendant des années le système de la DDR, et l’avait mis en joue de sa plume acérée.

 

Source : d’après un article du Spiegel Online.

Illustration :  caricature de  Barbara  Henniger.